eu-senior.org

Comment transférer un plan épargne retraite ?

Le PER, Plan d’épargne retraite, est un contrat mis sur le marché depuis octobre 2019 afin de faire profiter de nombreux avantages à l’épargnant en ce qui concerne la préparation de sa retraite. Cela afin de l’encourager à investir de l’argent dans un produit de placement destiné à être bloqué pour une longue période.

Le PER accueille différents types de versements : ceux qui sont des versements libres, et ceux qui proviennent de l’entreprise pour le salarié, tels que les intéressements, les abondements, les participations ainsi que les cotisations obligatoires. Il est possible de transférer ces versements d’un compartiment à l’autre dans un même PER.

 

Les différents compartiments du PER et le transfert

Il en existe 3 :

  • le PER individuel pour les versements libres
  • le PER collectif pour les intéressements, les abondements et les participations, de même que les apports du salarié lui-même
  • le PER catégoriel pour les versements de l’entreprise et les cotisations obligatoires

Le transfert se fait au sein du même produit et ne nécessite donc pas de lourdes formalités. C’est ce qui fait d’ailleurs l’avantage du PER : sa portabilité. Ce transfert ne nécessite pas de frais dans la majorité des cas. Il peut se faire comme suit : d’un PER individuel vers un PER collectif ou vice-versa, ou encore vers un PER catégoriel, en fonction de l’évolution de la situation personnelle et professionnelle de l’épargnant.

 

L’épargne sur les anciens contrats

Ceux qui détiennent d’anciens contrats d’épargne peuvent aussi effectuer le transfert définitif de leurs encours vers un PER afin de profiter des avantages servis par ce dernier – ce que nous allons détailler plus bas. Exemple :

Les encours d’un PERP et d’un Madelin pourront être déplacés vers le PER individuel. Ceux du PERCOL sur le PER collectif et ceux de l’Article 83 sur le PER catégoriel. En ce qui concerne les encours d’une assurance-vie, la loi prévoit également la possibilité de leur transfert dans un PER d’ici 2023.

 

La frilosité des épargnants à alimenter leur contrat

Les conditions de déblocage sont plus rigides pour les anciens contrats : en effet, l’épargne est destinée à être fructifiée sur le très long terme, jusqu’au départ à la retraite. Pas de possibilité de déblocage anticipé donc, sauf dans certains cas tels que l’invalidité, le surendettement, le décès du conjoint ou du partenaire PACS, la fin de la perception des allocations de chômage et la cessation d’une activité non salariale suite à une liquidation judiciaire.

Les anciens contrats ne permettent pas non plus une sortie intégrale en capital au moment du rachat. En effet, cette option n’est autorisée qu’à hauteur de 20% seulement, tandis que les 80% de la capitalisation sera versée en rentes.

Les épargnants sont ainsi peu enclins à geler leur épargne sur une très longue durée sans possibilité de retrait, ce qui explique les faibles encours dans les anciens plans de retraite. Ceux-ci préfèrent en effet épargner au sein d’une assurance-vie.

 

Les avantages du PER comparé aux anciens contrats

C’est pourquoi, le PER a apporté une série d’améliorations afin de rendre ce produit d’anticipation de la retraite plus attractif. Les Français sont en effet encouragés à placer de l’argent de côté pour une retraite complémentaire face à la baisse générale des revenus après 60 ans, et aussi compte tenu de la réforme initiée par le gouvernement.

Ces améliorations touchent principalement les conditions de déblocage. Ainsi, aux 5 cas exceptionnels énumérés plus haut s’ajoute la possibilité de rachat du contrat avant terme pour financer l’acquisition de la résidence principale. La sortie intégrale en capital est aussi autorisée à 100% au moment du départ à la retraite. Elle peut se faire en totalité ou de manière partielle. À noter que la fiscalité assouplie fait aussi partie des avantages du PER.

Blog

  1. 25 Juin 2022Comment prouver une donation indirecte ?1388
  2. 8 Avril 2022SCPI : l'immobilier professionnel qui rapporte !1407